Zebda

DSC_8870-r-desaturé.jpg
zebda.png
Coq_image.png

Histoire : 

  • YouTube
Coq_image.png

C’est dans le milieu associatif des quartiers populaires, dans les années 80, à Toulouse, que l’embryon de Zebda prend forme. La Marche des beurs vient de traverser la France qui digère le premier virage libéral des années Mitterrand.

Quand, en 1985, l’association Vitécri tourne un petit film sur les déboires de jeunes musiciens en quête d’un local où jouer, elle est loin d’imaginer qu’elle donnerait naissance à un groupe à un succès. C’est donc une vidéo - Salah, Malik : Beurs - qui met en scène les Zebda Bird, autour d’un animateur de quartier nommé Magyd Cherfi, converti en chanteur, et de ses copains de lycée, Pascal Cabero (guitare) et Joël Saurin (basse). Une fois l’expérience cinématographique terminée, et même si l’association est dissoute par manque de subventions municipales, l’aventure humaine et musicale se poursuit. La troupe s’agrandit avec l’arrivée de Mustapha et Hakim Amokrane (chœurs) et Vincent Sauvage (batterie). 

Beurre en arabe, c’est le nom définitif de Zebda qu’adoptent nos Toulousains engagés jusque dans leur humour.

En 1989 décolle vraiment la carrière musicale de Zebda avec l’autoproduction de plusieurs cassettes - dont une intitulée Carte Nationale d'Identité, une thématique qui les suivra pendant tout leur parcours - et une sélection pour les Découvertes du Printemps de Bourges, où ils joueront l’année suivante. S’enchaine une tournée qui déborde des frontières de l’hexagone avec des passages en Italie et Grande-Bretagne. 

En 1991, on les retrouve sur Ragga Buzzin', la première compilation de reggae/ragga français alors que Rémi Sanchez (accordéon, claviers) rejoint le groupe.

C’est en 1992 que le véritable premier album, L’arène des rumeurs, arrive chez les disquaires. Zebda s’inscrit pleinement dans l’effervescence de la scène alternative française mais offre un rock festif teinté de rap, reggae, ska, funk, raï et chaâbi. Se réclamant autant des Clash que de James Brown,  de la Mano Negra que de Fishbone, de Matoub Lounes que de Claude Nougaro, avec une proximité évidente avec ce dernier au niveau de l’accent. Des titres comme Arabadub ou Baudis préfigurent la touche Zebda qui explose trois plus tard, avec leur deuxième opus.

Après dix-huit ans de vie commune, quatre albums studio et plus d’un millier de concerts, Zebda officialise sa suspension en octobre 2003. Autant guidé par le besoin de faire un point sur le sens de leur travail collectif que par l'envie de mener à bien des projets plus personnels qui les démangent.

Dès l’année suivante, Magyd Cherfi sort son premier album solo, Cité des étoiles. Œuvre intimiste, produite entre autres par Imhotep (IAM) et Mathieu Chedid (-M-). Le suivant, Pas en vivant avec son chien, parait en 2007. Et c’est en tant qu’auteur que Magyd est encore plus salué par la critique avec la publication chez Actes Sud de deux ouvrages : Livrée de famille et La trempe.

Inséparables, Mustapha et Hakim Amokrane fonctionnent en fratrie. Tout en multipliant les collaborations avec, entre autres, Cheb Mami, Brigitte Fontaine, Tiken Jah Fakoly, Manu Chao, MAP…, ils produisent, en 2005, l’album Mouss et Hakim ou le contraire qui contient un texte écrit pour eux par Claude Nougaro, peu de temps avant sa disparition. Démarre ensuite l’aventure Origines contrôlées pendant laquelle ils parcourent trois années durant les scènes de l’Hexagone avec un répertoire de chansons écrites par des artistes immigrés algériens, souvent devenus ouvriers en France, entre les années 40 et 70. En 2010, ils célèbrent leurs vingt ans de musique, toutes formations confondues, avec une nouvelle tournée baptisée Vingt d’honneur et un album live éponyme.

En 2008, certains échos évoquent la reformation de Zebda. Mais si l’envie est bien là, les emplois du temps respectifs ne sont pas prêts. Les plus impatients se contentent d’une reprise, en 2009, du Jaurès de Jacques Brel, qui donne lieu à un clip réalisé à l'occasion du 150e anniversaire de la naissance du grand homme politique.

Ce n'est qu’en 2010 que les retrouvailles programmées ne sont plus un secret. Magyd, Hakim et Mouss apparaissent d’ailleurs sur scène plusieurs fois ensemble, pendant la tournée Vingt d’honneur des frangins Hamokrane.

 

Le retour de Zebda est bel et bien lancé avec une pré-tournée nommée Tour de Chauffe, qui démarrera à Cahors (Lot) le 14 octobre 2011 et un album pour 2012. Le contexte électoral français n’est en effet pas pour rien dans la reformation de Zebda, absent du paysage culturel pendant huit ans. Révolté par la situation politique et sociale du pays, les Toulousains ont  récemment déclaré : « L’ère Sarkozy nous a regonflés à bloc. On a clairement calé nos retrouvailles sur la présidentielle de 2012 ».

 

A n’en pas douter, le nouveau Zebda va détonner.